L’œuvre de l’amazone Marie-Cécile Zinsou

Courant juin dernier, mécènes, diplomates, artistes et personnalités en tous genres ont assisté à la commémoration des 10 ans de la fondation Zinsou dédiée à l’art contemporain et présidé par la trentenaire Marie-Cécile Zinsou.

Installée en plein centre de la capitale économique du Bénin, au sein d’un immeuble moderne de 3000 m2, l’institution accueille régulièrement des stars internationales à l’instar des photographes maliens Malick Sidibé et Seydou Keita, du plasticien Chéri Samba ou encore de l’artiste yoruba Romuald Hazoumé.

Le Musée-Fondation Zinsou. Crédit : Jean-Dominique Burton

Si l’ouverture de cette organisation privée a été, pour ces créateurs, l’opportunité de se faire connaître dans leur pays et sur le continent, c’est par passion et par souci de populariser l’art que la fille ainée de l’influent financier Lionel Zinsou s’est lancée en 2005 dans cette aventure culturelle. Son leitmotiv, la connaissance du passé pour construire l’avenir.

Depuis sa création, la fondation a mis à disposition des enfants un bus qui les emmène au centre d’exposition, bâti des mini-bibliothèques dans des quartiers populaires pour permettre aux écoliers d’avoir un accès aux livres et d’aiguiser leur goût pour la lecture.

Le Musée-Fondation Zinsou, salle Samuel Fosso. Crédit : Jean-Dominique Burton

Il y a deux ans, la fondation a également entamé la rénovation de la villa Ajovon, un joyau architectural situé dans l’agglomération d’Ouidad à 40 km de Cotonou. En novembre 2013, la ville mémoire de l’esclavage, en passe d’être classée par l’Unesco, au patrimoine mondial de l’Humanité, ouvre son premier musée. Cette vitrine est sans conteste, le symbole d’une Afrique tournée vers le futur. En donnant accès à distance aux œuvres exposées via son application Wakpton, la fondation Zinsou relie indéniablement le continent avec le reste du monde. Chapeau bas !

La fondation Zinsou en chiffres

  • 10 ans d’existence
  • 4 600 000 visiteurs dont 70 000 écoliers
  • 23 grandes expositions
  • 20 livres d’art publiés
  • 600 000 livres d’exposition offerts aux moins de 18 ans
  • 450 professeurs formés aux expositions d’art
  • 120 emplois créés
  • 6 mini-bibliothèques
  • 1 musée à Ouidah
  • 1 application Wakpon vient voir en langue fongbé, conçue par Pierrick Chabi et disponible gratuitement sur Android et IOS